Nutrition et jardinage

Améliorer le statut nutritionnel en promouvant le jardinage

Bien que l’attention soit concentrée sur les transitions politiques et sécuritaires du pays, la malnutrition est une préoccupation majeure en Afghanistan. Parce que l’absence d’une nutrition adéquate a des effets cruciaux à long terme sur les individus et sur le développement social et économique, le statut nutritionnel mérite l’attention et des actions appropriées.

Une enquête nationale, menée conjointement par le ministère de la santé publique, l’UNICEF et l’université Aga Khan, fournit un état des lieux du statut nutritionnel des femmes, enfants, adolescents et personnes âgées [1]. On y apprend notamment que le pays affiche l’un des taux de retard de croissance (« stunting » ; rapport poids/âge) les plus élevés au monde, avec 41% des enfants de moins de cinq ans affectés. Le retard de croissance est un signe de dénutrition chronique pendant les périodes de croissance les plus critiques. Un retard de croissance empêche les enfants d’atteindre leur potentiel; les enfants touchés sont plus susceptibles de contracter des maladies et ont moins de succès à l’école.

La carence nutritionnelle chronique en Afghanistan est en grande partie le résultat d’une mauvaise alimentation. Une diversité alimentaire inadéquate et des quantités insuffisantes de nourriture, associées à une mauvaise hygiène, représentent des risques pour la santé et sont une cause de mortalité chez les enfants plus âgés. Lorsque les mères ont un régime alimentaire inadéquat, un cycle vicieux se crée; les nourrissons souffrant de malnutrition grandissent pour devenir des mères avec un retard de croissance, génération après génération.

Les projets de Nai Qala comme porte d’accès à d’autres actions axées sur la nutrition

Les mauvaises pratiques d’alimentation sont courantes en Afghanistan et ne sont pas seulement un résultat de la pauvreté, mais aussi des connaissances limitées des familles ou de la façon dont les normes sociales influencent les décisions. Le personnel du dispensaire de Nawur est formé pour aider les femmes à acquérir les connaissances et les informations nécessaires pour adopter de saines habitudes alimentaires.

Les classes d’éducation de la petite enfance sont aussi un moyen de transmettre des messages de prévention liés à la santé ; les enfants y apprennent par exemple à se laver les mains avant de prendre, en commun, le repas.

Plusieurs types d’actions peuvent être entreprises afin de remédier à certaines causes de la malnutrition. Les infrastructures communautaires construites par Nai Qala représentent un tremplin formidable permettant de faire passer des messages positifs de prévention santé.

Des plantations de carottes aux alentours du dispensaire de Nawur

Les vertus de la vitamine A ne sont plus à prouver; prévention de la cécité ou renfort des défenses immunitaire, en particulier celles des enfants. Carottes, abricots, épinards, ou encore les œufs sont des aliments source de vitamine A qui font partie d’une alimentation saine et diversifiée pour les enfants dans de nombreuses régions du monde. Malheureusement, même les régimes les moins variés sont encore hors de portée pour plus des deux tiers des nourrissons et des jeunes enfants dans les pays à faible revenu et les régions reculées du centre de l’Afghanistan ne font pas exception. Pour augmenter les chances de survie des enfants, améliorer leur développement et prévenir le retard de croissance, des interventions nutritionnelles doivent être mises en place pendant la grossesse de la mère et les premières années de la vie de l’enfant. En Afghanistan, on estime que plus de 80% des enfants reçoivent des suppléments en vitamine A au cours de leurs deux premières années de vie [2], et les jeunes enfants des environs du dispensaire de Nawur profitent des campagnes nationales de supplémentation. Les jeunes mères et la population profitant du dispensaire reçoivent aussi des conseils de jardinage et des semences de légumes. On a pu constater ainsi une multiplication des plants de carottes dans les jardins familiaux de la région, une source importante de vitamine A pour petits et grands.

Compétition de jardinage à l’école

L’école Zeera Gag, construite il y a quelques années par l’Association Nai Qala, est aujourd’hui l’un des rares coins de verdure de la région et représente une source d’inspiration pour toute une population. Chaque classe participe à une compétition de jardinage. Les enfants font pousser des légumes et plantent des arbres fruitiers, s’assurent qu’ils soient bien irrigués et s’occupent avec soin du terrain qui leur est attribué. Les enfants sont heureux que leur école ait un environnement aussi vert et propre, et sont aussi très fiers de voir le résultat de leur dur labeur. C’est incroyable de voir comment la culture et l’intérêt pour l’alimentation ont changé. Les enfants encouragent leurs parents à cultiver des légumes chez eux aussi.

« Cinq de mes enfants vont à l’école de Zeera Gag. Depuis qu’ils ont commencé l’école, ma vie a changé: ils rentrent propres, tombent rarement malades, et sont très motivés pour planter des légumes et des arbres à la maison. Maintenant nous avons beaucoup de légumes dans notre jardin, notre alimentation a changé et nous avons pris l’habitude de manger des aliments plus variés, je vois mes enfants heureux, cela nous rend heureux … »  témoigne Zahra, mère de 7 enfants.

Le jardinage comme solution à la malnutrition ?

Les résultats d’une étude financée par UKAid [3] montrent que la possession de terres irriguées et de parcelles de jardin est positivement associée avec la diversité alimentaire des ménages.

Les recommandations de la FAO et l’OMS mettent l’accent sur les bienfaits de la diversification alimentaire pour lutter contre de nombreuses maladies liées à la nutrition. La diversité alimentaire est utilisée pour évaluer la qualité de l’alimentation et la sécurité alimentaire. Le jardin potager est un support pratique pour améliorer le contenu nutritionnel de l’alimentation et, en fin de compte, améliorer la santé des populations locales. La présence d’infrastructures communautaires ou encore les petites actions de Nai Qala qui encouragent le jardinage par la communauté sont une contribution concrète à l’amélioration de l’état de santé des populations locales.

[1] National Nutrition Survey Afghanistan (2013): https://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/Report%20NNS%20Afghanistan%202013%20%28July%2026-14%29.pdf

[2] https://data.unicef.org/topic/nutrition/vitamin-a-deficiency/

[3] Kawsary, R., Zanello, G. and Shankar, B. (2018) The Role of Irrigation in Enabling Dietary Diversity in Afghanistan, LANSA Working Papers Vol 2018 No 26, IDS: Brighton

Children with carrots afghanistan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *