All posts by vero

Nawur health center as a confirmed base for vaccination

Nawur health center is used as a platform for vaccination campaigns in the region

Afghanistan is one of the last three countries in the world where poliomyelitis is still endemic [1]. 14 polio cases were reported in 2017, and by the end of April 2018 there were 7 new cases reported in the country [2]. Polio mainly affects children under 5 years of age and one in 200 infections leads to irreversible paralysis.

Polio is one of only a limited number of diseases that can be eradicated and it can be eradicated because it affects only humans, because a cheap, safe and easy oral vaccine exists and immunity lasts a lifetime.

In March, the Afghanistan polio eradication initiative conducted its first national immunization campaign for eradication of the disease in 2018. In just a week, around 70,000 workers knocked on doors and stopped families in health centers, city streets and border crossings to vaccinate almost ten million children [3]. Monitoring data reflected more than 94% coverage in each vaccination campaign during 2017. The number of children missed due to inaccessibility went down since 2017 but an estimated 138 000 children were still missing in the national vaccination campaign of March 2018.

Without a clinic, a region like Nawur would have remained unknown to the health authorities; at its opening, the ministry of public health informed organizations such as UNICEF which registered the clinic as a vaccination center. The ministry and its partners have long been trying to reach isolated areas with vaccination campaigns and the health clinic gives them a base for this in the region. Before the establishment of Sar Assya clinic in the district of Nawur in 2011 [4], various illnesses remained untreated, the mortality rate among mothers and children was high, and children did not receive the requisite vaccinations. The Nawur clinic’s services have brought about significant improvements in the health situation of the population.

Since it registration in the national health care system, the Nawur clinic’s staff vaccinated thousands of children not only for polio, but other infectious diseases such as tuberculosis, diphtheria, tetanus, pertussis, etc. In 2017, 1,022 children and several hundreds of women were vaccinated in Nawur. During the March 2018 vaccination campaign, 142 young children received the polio vaccine.

Through its implementation in a remote region of central Afghanistan Nawur health center contributes to the reduction of mortality and serves as a base for vaccination and other prevention campaigns.

[1] http://moph.gov.af/en/page/polio-eradication/polio-situation-updates

[2] Note: No cases have been reported since 2016 in the central region of Afghanistan where Nai Qala operates.

[3] http://www.emro.who.int/afg/photo-essays/ten-million-children-70000-workers-five-days.html; http://www.emro.who.int/afg/programmes/polio-eradication-initiative.html

2011 – Sar Assya

Le dispensaire de Nawur comme base confirmée pour la vaccination

Le centre de santé de Nawur est utilisé comme plate-forme pour les campagnes de vaccination dans la région.

L’Afghanistan est l’un des trois derniers pays au monde où la poliomyélite est encore endémique [1]. 14 cas de polio ont été signalés en 2017 et, à la fin d’avril 2018, 7 nouveaux cas ont été detectés dans le pays [2]. La polio affecte principalement les enfants de moins de 5 ans et une infection sur 200 entraîne une paralysie irréversible.

La poliomyélite est l’une des rares maladies qui peuvent être éradiquées et elle peut être éradiquée parce qu’elle n’affecte que les humains, car il existe un vaccin oral bon marché, sûr et simple, et  parce que l’immunité dure toute la vie.

En mars, l’initiative afghane d’éradication de la poliomyélite a mené sa première campagne nationale d’immunisation de 2018, pour éradiquer la maladie . En seulement une semaine, environ 70’000 travailleurs ont frappé aux portes et arrêtés des familles dans les centres de santé, dans les rues et aux postes frontières pour vacciner près de dix millions d’enfants [3]. Les données de suivi ont reflété plus de 94% de couverture dans chaque campagne de vaccination en 2017. Le nombre d’enfants non atteints en raison de l’inaccessibilité géographique a baissé depuis 2017 mais on estime que 138 000 enfants manquaient toujours dans la campagne nationale de mars 2018.

Sans une clinique, une région comme Nawur serait restée inconnue des autorités sanitaires. À son ouverture, le ministère de la santé publique a informé des organisations telles l’UNICEF, qui ont enregistré la clinique en tant que centre de vaccination. Le ministère et ses partenaires tentent depuis longtemps d’atteindre des zones isolées avec des campagnes de vaccination et la clinique de santé leur fournit une base fiable dans la région. Avant la mise en place, en 2011,  de la clinique de Sar Assya dans le district de Nawur [4], diverses maladies restaient non traitées, le taux de mortalité des mères et des enfants était élevé et les enfants ne recevaient pas les vaccinations requises. Les services de la clinique de Nawur ont apporté des améliorations significatives dans la situation sanitaire de la population.

Depuis l’inscription du dispensaire dans le système national de soins de santé, le personnel de Nawur a vacciné des milliers d’enfants non seulement contre la polio, mais aussi contre d’autres maladies infectieuses comme la tuberculose, la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, etc. En 2017, 1 022 enfants et plusieurs centaines de femmes ont été vaccinés à Nawur. Au cours de la seule campagne de vaccination de mars 2018, 142 jeunes enfants ont reçu le vaccin antipoliomyélitique.

Grâce à sa mise en œuvre dans une région reculée du centre de l’Afghanistan, le centre de santé de Nawur contribue à la réduction de la mortalité et sert de base à la vaccination et à d’autres campagnes de prévention.

[1] http://moph.gov.af/en/page/polio-eradication/polio-situation-updates

[2] Note: depuis 2016, aucun cas n’a été signalé dans la région centrale de l’Afghanistan où Nai Qala opère.

[3] http://www.emro.who.int/afg/photo-essays/ten-million-children-70000-workers-five-days.html; http://www.emro.who.int/afg/programmes/polio-eradication-initiative.html

2011 – Sar Assya

Girls’ education, a change of mindset

Promoting girls’ education and cultural changes through a capacity building program

Improving the quality of education provided in the schools Nai Qala has built. 

Overall, the quality of education in Afghanistan in particular in the rural areas is very low. To remedy this, the Nai Qala Association is not only providing school buildings in those isolated regions but also several tutoring classes in sciences, and preparation courses to the national test for university entrance. Without such classes, many girls would not have taken the exam, as parents do not have the means and motivation to send them to towns to get private lessons.

The role of Nai Qala’s teacher training in capacity building is much more than transferring scientific knowledge.
Inspired by her experience with western school systems that promote regular communication between teachers and parents, Nai Qala’s president motivated the teacher-trainers to establish such a culture. Trainers meet parents to encourage them to be supportive at home with their children. In remote rural regions, many parents are illiterate and cannot help children with their homework but can support them by giving them space and believing in them.

The trainers are very aware of the importance of the role of parents in children’s education and have realized that such support was missing in their time at school. Nai Qala’s teacher-trainers even go to visit parents of those students who do not participate during class; they walk for a few hours to find an almost isolated house, in the mountains, with a tiny piece of land and a few heads of cattle. When parents first see the teachers they are a bit afraid, wondering what they want from them and why they are coming to their house. However when the teachers introduce themselves and explain that it is part of their role to meet the parents, not only because their child comes to the capacity building class but also to congratulate the parents for sending them to the course, many parents cannot believe what they hear and get emotional. Amazingly, the teachers very often see a different attitude in their student in the next days. This girl or boy comes earlier to school and interacts more, now being aware that their teachers give them importance.

Teachers take initiatives to triggers girls involvement at school.
Teachers discuss among themselves the participation and involvement of students in the class. They, for example, decided to split into different classes two sisters who were too passive during the courses and encouraged the other girls in the classes to support the sisters. The girls cried and suffered a lot from the separation for a few days but then became the most talented students in the school after a few months.

A change in the mindset of teachers on girls’ education.
Nai Qala’s teacher-trainers themselves come from remote rural regions of central Afghanistan, originating from poor and traditional communities. “When I was in school, I studied in a mixed class, with girls. I always had one point in my mind: why should girls come to school? They are not made for school, what for?” remembered Jawad, a 26 year old, Nai Qala teacher-trainer. The job description of the teacher-trainers puts a special emphasis on girls’ education. Teachers have not only received training on human and women’s right but have also been coached by Nai Qala staff on how to encourage girls and their parents. Jawad recounted how once he saw a girl answering a very complex math problem in front of the class, his perception about girls was changed forever: “She started to write and competently solved the problem. In that minute, I went deep in thought and questioned myself: why was I so negative about girls? Is it the society that influenced me? Many questions came to my mind and on that night I could not sleep well… After that day, I became so determined that I must help girls. This is now my third year that I teach girls and help them in scientific subjects, together with my colleagues. Up to now, I have been helping about 1000 girls between the ages of 12 to 18. I never imagined I’d be able to do my job with such motivation. It is never too late to realize that girls have the same talents and deserve the same rights as boys. I am grateful to Nai Qala for helping me to realize this important point”.

With Nai Qala’s support, hundreds of girls are on their way to university. In one of the least developed rural regions of Afghanistan, this represents an extraordinary change and brings hope. The capacity building program is a tremendous platform that allows gradual cultural changes to be brought to the remote regions and promote girls’ education.

Education des filles, un changement d’état d’esprit

Promouvoir l’éducation des filles et les changements culturels grâce à un programme de renforcement des capacités

Améliorer la qualité de l’éducation dans les écoles que Nai Qala a construit.
Dans l’ensemble, la qualité de l’éducation en Afghanistan, en particulier dans les zones rurales, est très basse. Pour remédier à cela, l’Association Nai Qala non seulement construit des bâtiments scolaires dans ces régions isolées, mais propose aussi plusieurs classes de tutorat en sciences, et des cours de préparation au test national d’entrée à l’université. Sans ces cours, beaucoup de filles n’auraient pas pu se présenter à l’examen, les parents n’ayant pas les moyens et la motivation de les envoyer en ville pour suivre des cours particuliers.

Le rôle des enseignants de Nai Qala dans le renforcement des capacités représente beaucoup plus que le transfert de connaissances scientifiques.
Inspirée par son expérience avec les systèmes scolaires occidentaux qui favorisent une communication régulière entre les enseignants et les parents, la présidente de Nai Qala a motivé les enseignants-formateurs à établir une telle culture de dialogue. Les formateurs rencontrent les parents, souvent à la maison, pour les encourager à apporter leur soutien aux enfants. Dans les régions rurales reculées, de nombreux parents sont analphabètes et ne peuvent pas aider les enfants à faire leurs devoirs, mais ils peuvent par contre les aider en leur donnant de l’espace et en leur faisant confiance.

Les formateurs sont très conscients de l’importance du rôle des parents dans l’éducation des enfants et se sont rendu compte que ce soutien manquait à l’école. Les enseignants-formateurs de Nai Qala vont même rendre visite aux parents des élèves qui ne participent pas pendant les cours; ils marchent parfois pendant quelques heures pour trouver une maison presque isolée, dans les montagnes, avec un petit bout de terrain et quelques têtes de bétail. Quand les parents voient le professeur, ils ont d’abord un peu peur, se demandant ce qu’il attend d’eux et pourquoi il vient chez eux. Cependant, lorsque les enseignants se présentent et expliquent que cela fait partie de leur rôle de rencontrer les parents, non seulement parce que leur enfant vient en classe de renforcement des capacités, mais aussi pour féliciter les parents de les envoyer au cours. Beaucoup de parents ne peuvent croire ce qu’ils entendent et deviennent émotifs. Étonnamment, les enseignants voient très souvent une attitude différente chez leurs élèves dans les jours qui suivent la visite. Cette fille ou ce garçon vient plus tôt à l’école et interagit plus, étant maintenant conscient que ses professeurs lui donnent de l’importance.

Les enseignants prennent des initiatives pour stimuler la participation des filles en classe.
Les enseignants discutent entre eux de la participation et de l’implication des élèves dans la classe. Ils ont, par exemple, décidé de répartir dans des classes séparées deux sœurs qui étaient trop passives pendant les cours et ont encouragé leurs camarades à soutenir les sœurs. Les filles ont pleuré et ont beaucoup souffert de la séparation pendant quelques jours, mais sont ensuite devenues par la suite les élèves les plus brillantes de l’école.

Un changement d’état d’esprit des enseignants sur l’éducation des filles.
Les enseignants-formateurs de Nai Qala viennent eux-mêmes de régions rurales reculées du centre de l’Afghanistan, et sont originaires de communautés pauvres et traditionnelles. “Quand j’étais à l’école, j’ai étudié dans une classe mixte, avec des filles. J’ai toujours gardé une idée en tête: pourquoi les filles devraient-elles venir à l’école? Elles ne sont pas faites pour l’école, à quoi cela leur sert-il? ” se souvient Jawad, un enseignant-formateur de Nai Qala âgé de 26 ans. La description des tâches des enseignants-formateurs met un accent particulier sur l’éducation des filles. Les enseignants ont non seulement reçu une formation sur les droits de l’homme et des femmes, mais ils ont également été formés par le personnel de Nai Qala sur la façon d’encourager les filles et leurs parents. Jawad a raconté qu’une fois qu’il a vu une fille répondre à un problème mathématique très complexe devant la classe, sa perception des filles a été changée pour toujours: “Elle a commencé à écrire et à résoudre le problème avec compétence. Dans cette minute, je suis allé au fond de ma pensée et me suis interrogé: pourquoi étais-je si négatif au sujet des filles? Est-ce la société qui m’a influencé? Beaucoup de questions me sont venues à l’esprit et cette nuit-là, je n’ai pas bien dormi … Après cette journée, je suis devenu très déterminé d’aider les filles. C’est maintenant la troisième année que j’enseigne aux filles et les aide pour les matières scientifiques, avec mes collègues. Jusqu’à présent, j’ai aidé environ 1000 filles âgées de 12 à 18 ans. Je n’aurais jamais imaginé que je serais capable de faire mon travail avec une telle motivation. Il n’est jamais trop tard pour se rendre compte que les filles ont les mêmes talents et méritent les mêmes droits que les garçons. Je suis reconnaissant à Nai Qala de m’avoir aidé à réaliser ce point important “.

Avec le soutien de Nai Qala, des centaines de filles sont en route pour l’université. Dans l’une des régions rurales les moins développées de l’Afghanistan, cela représente un changement extraordinaire et apporte de l’espoir. Le programme de renforcement des capacités est une formidable plateforme qui permet d’apporter des changements culturels graduels dans les régions reculées et de promouvoir l’éducation des filles.

Egalité des genres

Les actions de Nai Qala visent à réduire les inégalités entre les genres.

Alors que le monde a progressé vers plus d’égalité des genres et l’autonomisation des femmes, les femmes et les filles continuent d’être victimes de discrimination dans toutes les régions d’Afghanistan. Le taux d’alphabétisation des jeunes femmes ne s’élève qu’à 57% de celui des jeunes hommes[1].  Les indices de fréquentation scolaire montrent, également et sans ambiguïté, des disparités entre les sexes, qui diminuent en fonction du niveau d’éducation (47.6% des filles fréquentent le primaire, 23.7% fréquentent le secondaire et 5.2 fréquentent l’enseignement supérieur). La part des femmes afghanes dans l’économie ne représente qu’un tiers de celle des hommes, et les indices du chômage et de la proportion de jeunes hors du système éducatif ou formatif, et sans emploi montrent une position très défavorisée des femmes sur le marché du travail.

Le fossé entre les sexes, autant dans l’éducation que l’économie, suggère que les obstacles culturels empêchent d’exploiter le potentiel de développement des filles et des femmes dans la société afghane et qu’ils restreignent leur accès à l’éducation et au marché du travail. Afin de remédier à ce déséquilibre, Nai Qala a placé l’égalité des sexes au cœur de tous ses projets. La vision de Nai Qala est une société éduquée, saine et équilibrée dans laquelle les femmes et les hommes mènent des changements sociaux, culturels et économiques d’une manière inclusive qui permet à leurs enfants – garçons et filles – de prospérer, en se concentrant sur les parties négligées de l’Afghanistan.

Faciliter l’accès à des services d’éducation et de santé de qualité
De longues distances pour se rendre à l’école et une réticence à envoyer les enfants à l’école sont de loin les raisons les plus courantes de ne pas commencer l’école; de plus, la nécessité du travail des enfants et le manque de pertinence à poursuivre les études sont les raisons les plus importantes de mettre fin aux études, des constats soulignés par l’étude nationale sur les conditions de vie (ALCS, [1]). Afin de réduire les distances à parcourir, Nai Qala s’efforce de construire ou de rénover des écoles et d’améliorer la qualité de l’éducation dans les régions reculées. Des conditions d’apprentissage décentes et plus accessibles ainsi que de meilleurs services éducatifs sont une grande motivation pour les enfants à aller ou retourner à l’école. L’école de Katawaie illustre parfaitement l’impact d’un nouveau bâtiment sur l’inscription des enfants à l’école: après son inauguration, l’école de Katawaie a été victime de son propre succès puisque le nombre de filles a augmenté de 25% et que de nouvelles classes ont dû être ouvertes dans la cour de l’école. Un impact similaire a été constaté à Zeera Gag où initialement l’école a été construite pour 520 filles mais où on  en dénombre de 650 aujourd’hui.

L’une des conclusions les plus importantes de l’ALCS est que le principal problème du système éducatif afghan n’est pas tant la rétention et l’abandon, mais surtout le commencement de l’école. Nai Qala a mis en place des cours d’éducation de la petite enfance dans deux villages et prévoit d’en ouvrir de nouveaux. Les cours d’éducation de la petite enfance aident non seulement les garçons et les filles à développer leur imagination, leurs talents et leur confiance dès le plus jeune âge, mais leur apprennent aussi à jouer ensemble, de manière inclusive, comme une habitude normale. Les attitudes, les comportements et les expériences nouvellement acquis chez les jeunes enfants contribuent à leur réussite scolaire à long terme et réduisent les taux d’abandon scolaire. Le programme de la petite enfance met également l’accent sur les mères, en les impliquant activement dans la classe. Un tel programme a un impact particulier sur la famille. Les mères développent leur confiance et, plus important encore, une conscience de la façon dont elles peuvent éduquer leurs jeunes enfants pour contribuer à un environnement familial plus sain.

Selon l’ALCS, 70% des femmes qui ont eu un bébé en Afghanistan au cours des cinq dernières années ont eu au moins un examen prénatal. Cependant, seulement 16 pour cent ont reçu quatre examens prénataux, le nombre recommandé par l’organisation mondiale de la santé pour les grossesses normales. Encore une fois, la distance jusqu’à un centre de santé peut être un facteur contribuant à la faible utilisation des services de santé, mais ce n’est pas le seul. Les hommes ayant des problèmes de santé peuvent se rendre en ville pour se faire soigner dans un hôpital, mais la situation des femmes malades ou enceintes est plus difficile. Une femme malade doit être accompagnée à l’hôpital par une femme et par un parent masculin. Certains problèmes de santé nécessitent un séjour prolongé à l’hôpital et certains nécessitent un suivi médical pendant des mois. De plus, les familles sont souvent réticentes à payer des frais d’hospitalisation prolongée. Par conséquent, les femmes ne se rendent tout simplement pas dans des hôpitaux éloignés. Considérant ce fait, Nai Qala Association a construit un centre de santé de base, à Nawur. Le pourcentage de naissances assistées par du personnel de santé qualifié augmente chaque année; pour la seule année 2017, 126 bébés ont vu le jour, en toute sécurité, dans le centre de santé de Nawur. Le dispensaire profite à 20’000 personnes et a transformé les conditions de santé et les habitudes d’hygiène dans la région, tant pour les femmes que pour les hommes.

Mener le changement en donnant l’exemple
L’Association Nai Qala vise à contribuer au changement culturel en Afghanistan. La présidente de l’organisation, Taiba Rahim, est un modèle dans un pays où le leadership féminin est encore rare [2]. Montrer aux filles que le changement est possible et que les femmes ont un rôle important à jouer est crucial pour l’avenir du pays. Il y a une plus grande participation féminine dans les projets de Nai Qala que dans tout autre projet similaire dans la région. Les femmes ont vu que les projets de Nai Qala sont proposés et menés par une des leurs, ce qui fait toute la différence pour elle. La force nouvellement acquise et la confiance en soi ont incité les femmes du village reculé de Sokhtagi à créer un conseil des femmes, le tout premier conseil des femmes non seulement dans le district, mais certainement aussi dans toute la province.

Tous les employés locaux de Nai Qala reçoivent une formation sur les droits de l’homme et l’égalité des genres. Chaque membre du personnel incarne les valeurs de l’organisation par l’exemplarité de sa pratique et de ses actions, au bureau et sur le terrain. Les enseignants-formateurs sont devenus les meilleurs ambassadeurs de Nai Qala pour promouvoir l’éducation des filles, en discutant avec la communauté ou en motivant les parents en faisant du porte-à-porte.

Offrir aux femmes et aux filles un accès égal à l’éducation, aux services de santé, à un travail décent et à la représentation dans les processus décisionnels peut alimenter des économies durables, et profiter aux familles et aux communautés dans leur ensemble. L’égalité des genres est non seulement un droit humain fondamental, mais aussi la base d’un pays pacifique, prospère et durable. Toute petite amélioration vers l’égalité des genres peut apporter de grands changements dans l’état d’esprit et profiter à l’ensemble de la société.

 

[1] Tous les chiffres proviennent de l’étude des conditions de vie en Afghanistan (“Afghanistan Living Conditions Survey” – ALCS) 2016 – 2017, publiée le 7 mai 2018 par l’organisation centrale des statistiques de la république islamique d’Afghanistan http://cso.gov.af/Content/files/Surveys/ALCS/Final%20English%20ALCS%20Highlight(1).pdf

[2] Le pourcentage de femmes occupant un poste de direction ne représente que 6.6% de celui des hommes (ALCS, 2018).

Gender equality

Nai Qala’s actions are aimed at reducing gender inequalities   

While the world has made progress towards gender equality and women’s empowerment, women and girls continue to suffer discrimination in all regions of Afghanistan. Literacy rate of young women is still only 57 percent of that of young men [1]. The indices for education attendance ratios also show unambiguous gender disparities, which decrease with the level of education (47.6 percent of girls attend primary; 23.7 percent attend secondary and 5.2 attend tertiary education level). The share of Afghan women participating in the economy is only one third of that of men, and the indices for unemployment and the proportion of youth outside education, employment or training show a very disadvantaged position of women on the labor market.

The gender gap in both education and economy suggests that cultural impediments prohibit tapping the development potential of girls and women in Afghan society and restrict their access to education and the labor market. In order to remedy this imbalance, Nai Qala has set gender equality at the core of all its projects. Nai Qala’s vision is an educated, healthy and balanced society in which women and men lead social, cultural and economic changes in an inclusive manner that enables their children – boys and girls – to thrive, focusing on neglected parts of Afghanistan.

Ease of access to quality education and health services

Long distance to school and reluctance to send children to school are by far the most common reasons for not starting school, whereas the need for child labor and perceived irrelevance of further education were the most important reasons highlighted by ALCS for terminating education [1]. In order to reduce walking distances, Nai Qala strives to build, or refurbish, schools and improve the quality of education in remote regions. A decent and closer learning environment as well as improved education services are a big motivation for children to (re-)attend school. Katawaie is a perfect illustration of the impact of a new building on children’s registration to school. After its inauguration, the school of Katawaie became a victim of its own success as the number of girl students increased by 25 percent and new classes had to be opened in the school’s courtyard. A similar impact is been seen in Zeera Gag  where initially the school was built for 520 girls but is today attended by 650 girls.

One of the most important findings of the living condition survey (ALCS) is that the main problem of the Afghan education system is not so much retention and drop out, but first and foremost making a start at school. Nai Qala has implemented early childhood education classes in two villages and plans to open new ones. Early childhood education classes not only help boys and girls to develop their imagination, talents and confidence from a very young age, but also teach them how to play together, inclusively, as a normal habit. Newly acquired attitudes, behaviors and experiences of young children contribute to their long-term success in school and reduce drop-out rates. The early childhood program also places a special focus on mothers, by actively involving them in the class. Such a program has a particular impact on the family. Mothers build their self-confidence and most importantly their awareness of how they can educate their children at young age to contribute to a more healthy family environment.

According to ALCS, an encouraging 70 percent of all women who had a baby in Afghanistan during the last five years had at least one antenatal check-up. However, only 16 percent received four antenatal check-ups, which is the number recommended by the World Health Organization for normal pregnancies. Again, distance to a health care center can be a contributing factor to low usage of health services but it is not the only one. Men with a health concern can travel to town to get treatment in a hospital, but the situation for sick or pregnant women is more challenging. A woman who is ill must be accompanied to hospital by a female and by a male relative. Some health problems require a longer stay in hospital and some need medical follow-up over months. Furthermore, families are often reluctant to pay the costs of prolonged hospitalization. Consequently, women simply do not travel to far away hospitals. Considering this fact, Nai Qala Association built a basic health center in Nawur. The percentage of births attended by skilled health personnel there is increasing each year; for 2017 alone, 126 babies were safely delivered in the Nawur health center. This clinic benefits 20’000 people and has transformed health conditions and hygiene habits in the region, for both women and men.

Leading the change by setting an example

The Nai Qala Association aims to contribute to cultural change in Afghanistan. The organization’s president, Taiba Rahim, is a role model in a country where female leadership [2] is still rare. Inspiring girls to see that change is possible and that women have an important role to play is crucial for the country’s future. There is a greater participation of women in Nai Qala’s projects than in any other similar project in the region. The women have seen that Nai Qala’s projects are proposed and led by a woman, which makes all the difference for them. Newly acquired strength and self-confidence prompted women in the remote village of Sokhtagi to create a women’s council, the first ever women’s council not only in the district, but certainly also throughout the province.

All Nai Qala’s local employees receive training on human rights and gender equality. Each staff member embodies the organization’s values through exemplarity of his/her practice and actions, in the office and in the field. Teacher-trainers have become Nai Qala’s best ambassadors to promote girls’ education, by discussing with the community and motivating parents in door-to-door operations.

Providing women and girls with equal access to education, health services, decent work, and representation in decision-making processes can fuel sustainable economies and benefit families, and communities at large. Gender equality is not only a fundamental human right, but also a foundation for a peaceful, prosperous and sustainable country. Any small improvement towards gender equality can bring big changes in the mindset of and benefit the whole society.

 

[1] All figures are taken from the Afghanistan Living Conditions Survey 2016 – 2017 (ALCS), released May 7, 2018. Central Statistics Organization (CSO) of the Government of the Islamic Republic of Afghanistan. http://cso.gov.af/Content/files/Surveys/ALCS/Final%20English%20ALCS%20Highlight(1).pdf

[2] The percentage of women working in managerial job position is still only 6.6 percent of that of men (ALCS, 2018).

Reducing Rural Poverty – Income Generation

The income generation related to the construction site promotes the growth of a local almost non-existent economy.

Although only 12% of the country is made up of arable land, the Afghan economy relies heavily on agriculture, especially in remote areas. The primary sector supports more than 60% of the population but half of the rural households only practice subsistence farming, and therefore do not market their own production. These populations are the most affected by seasonal variations: winters are often long and harsh and to survive until spring, a large part of these small farmers must sell cattle, find a job outside agriculture or borrow money. Poverty is particularly acute in mountainous regions, where the poor road conditions and difficult access to markets add to the changeable weather conditions.

Abuzhar is 35 years old and works as a cook at the Sokhtagi school site. He is very happy to have found a job. The unexpected income prompts this father to recount: “Without this job, I could not have satisfied the needs of the five members of my family. I had no hope because I do not own land and had no prospect of income.

Mohamed, 50 years old and head of a family of eight, took the opportunity to pass his truck driving license when he learned that Nai Qala would build a school in his village. His first months salary as a driver allowed him to support his family for a year. With the salary he will receive for the second phase of the project, he plans to buy livestock. Four of Mohamed’s children attend school, three girls and one boy. Thanks to his salary and the prospect of future livestock, he is optimistic about the education of his children; he is now sure to be able to send them to school.

The arrival of a construction site in remote areas, such as the Sokhtagi school, is often a unique and unexpected opportunity to get an income. To date, 34 people work on the site of the future school, of which 26 are local employees recruited from the village specifically for the project. In addition to providing wages to workers, the construction company buys food, to feed its employees, from families or on the local market. Wages and food purchases are a welcome contribution to the growth of the local economy and reduce family poverty.

Réduire la pauvreté rurale – Génération de revenu

La génération de revenu liée au chantier de construction favorise la croissance d’une économie locale presque inexistante. 

Bien que seulement 12% seulement du territoire national soit cultivable, l’économie afghane dépend fortement de l’agriculture, en particulier dans les régions reculées. Le secteur primaire fait vivre plus de 60% de la population mais la moitié des ménages ruraux pratiquent seulement une agriculture de subsistance, et ne commercialisent pas leur production. Ces populations sont les plus durement affectées par les variations saisonnières : les hivers sont souvent longs et rigoureux et pour survivre jusqu’au printemps, une grande partie de ces petits paysans doit vendre des têtes de bétail, trouver un emploi en dehors de l’agriculture ou emprunter de l’argent. La pauvreté frappe particulièrement les régions montagneuses, où le mauvais état des routes et l’accès difficile aux marchés s’ajoutent aux aléas climatiques.

Abuzhar a 35 ans et travaille comme cuisinier sur le chantier de l’école de Sokthagi. Il est très content d’avoir pu trouver un emploi . Ce revenu inespéré fait dire à ce père : « sans ce travail, je n’aurais pas pu subvenir aux besoins des cinq membres de ma famille. Je n’avais aucun espoir car je ne possède pas de terrain et n’avais aucune perspective de revenu ».

Mohamed, âgé de 50 ans et à la tête d’une famille de 8 enfants a profité de passer son permis de construire poids lourd lorsqu’il a appris que Nai Qala allait démarrer la construction d’une école dans son village. Ses premiers mois de  salaire comme chauffeur lui permettent de faire vivre sa famille pendant une année. Avec le salaire qu’il recevra pour la deuxième phase du chantier, il envisage d’acheter du bétail. Quatre enfants de Mohamed sont scolarisés, 3 filles et un garçon. Grâce à son salaire et la perspective du bétail à venir, il est optimiste quant à l’éducation de ses enfants; il est maintenant à même de leur assurer un accès à l’école.

L’arrivée d’un chantier dans les régions reculées, tel celui de l’école de Sokhtagi, est souvent une occasion unique et inespérée d’obtenir un revenu. A ce jour, 34 personnes travaillent sur le site de la future école, dont 26 sont des employés locaux recrutés dans le village spécialement pour le projet. En plus de fournir un salaire aux ouvriers, l’entreprise de construction achète des aliments aux familles et sur le marché local afin de nourrir ses employés fixes. Salaires et achats alimentaires sont une contribution bienvenue à la croissance de l’économie locale et réduisent la pauvreté des familles.

Sustainable materials

Reducing the environmental impact of construction by using local materials

It is very important to us when building community infrastructures, to reduce the environmental impact to a minimum. The energy needed for the production and transport of materials does not just increase the costs of construction considerably, but can also have a significant impact on the environment.

The  “grey energy” calculation includes the full analysis of the life cycle of the product: Planning, extraction and transport of raw materials, transformation of materials and manufacture of the product, commercialisation, transport, use and implementation and finally, any possible recycling. From this point of view, local materials that are either not transformed or only slightly transformed have a distinct advantage over the others: Stone, earth, clay, straw, wood or wool are all materials that can be used in modern construction and that have very low « grey energy ».

In the remote areas of central Afghanistan, the long distances needed for transportation increase the “grey energy” rate. The manufacture of some construction materials also plays its part in inflating the energy costs and has a negative impact on the environment. For this reason stone was chosen rather than clay bricks for the majority of Nai Qala constructions. Although there is an almost limitless availability of clay and it is totally recyclable, the firing of bricks involves high energy consumption that can last up to several days at temperatures of more than 1000 degrees. The kilns sometimes function with the use of fossil fuels or often with wood sourced from already arid regions, which contributes to deforestation.

When choosing a construction company and signing contracts the construction materials are chosen very carefully so as to ensure safety and comfort for those who use the building at the same time as keeping the environmental impact to a minimum.  For example, Sokthagi school is built from stones extracted from the nearby mountains and are cut to size on the spot. The grit and sand used for the mortar come from a river close by. Only the wood for the framework, windows and doors is transported from other regions. The sourcing of materials brings about a more positive ecological balance to the construction.

Des matériaux durables

Minimiser l’impact énergétique de la construction en utilisant des matériaux locaux

Lors de la construction d’infrastructures communautaires, il nous tient à coeur de minimiser l’impact sur l’environnement. L’énergie nécessaire à la fabrication et au transport des matériaux peut non seulement augmenter de façon significative les coûts de construction mais surtout avoir un impact non négligeable sur l’environnement.

Le calcul de l’énergie grise prend en compte l’analyse du cycle complet de vie du produit : conception, extraction et transport des matières premières, transformation des matières et fabrication du produit, commercialisation, transport, usage et mise en œuvre et enfin, son recyclage éventuel. De ce point de vue, les matériaux locaux peu ou non transformés ont un net avantage sur les autres : la pierre, la terre, l’argile, la paille, le bois ou la laine sont des matériaux de construction qui peuvent à la fois répondre aux exigences modernes de la construction et qui ont une énergie grise très faible.

Dans les régions reculées du centre de l’Afghanistan, les distances de transports font grimper les coûts de l’énergie grise. La production de certains matériaux de construction contribuent à faire gonfler la facture énergétique et a un impact négatif sur l’environnement. L’utilisation de la pierre a ainsi été favorisée à celle de la brique en terre cuite dans la majorité des constructions de Nai Qala. Bien que l’argile soit un matériau disponible en quantité presque illimitée et entièrement recyclable, la cuisson de la terre est un processus énergivore, pouvant durer jusqu’à plusieurs jours, à des températures dépassant les 1000 degrés. Les fours sont parfois alimentés par du combustible fossile mais le plus souvent par du bois de régions déjà très arides, ce qui contribue à la déforestation.

Lors du choix de l’entreprise de construction et de la signature des contrats, les matériaux de construction sont soigneusement sélectionnés afin d’apporter sécurité et confort aux futurs utilisateurs du bâtiment tout en minimisant  l’impact sur l’environnement. L’école de Sokthagi est ainsi construite à partir de pierres extraites des montagnes environnantes et qui sont taillées sur place à la bonne dimension. Le gravier et le sable utilisé pour le mortier viennent de la rivière toute proche. Seul le bois pour la charpente, les fenêtres et les portes est transporté depuis d’autres provinces. La provenance des matériaux favorise ainsi l’écobilan positif de la construction.