All posts by vero

Waste collection

Behavior change and public participation is key to a functional waste management.

Waste is growing

Humanity have created 8.3 billion tons of plastics since large-scale production of the synthetic materials began in the early 1950s, and most of it now resides in landfills or the natural environment[1]. Globally, some 3.5 billion people lack access to formal waste management services and population from remote areas in Afghanistan is no exception.

Global plastic pollution numbers give headaches: 500 billion plastic bags are used each year, one million plastic bottles bought every minute; most plastics do not biodegrade, so the plastic waste humans have generated could remain for a hundred or several hundreds of years. More and more plastic waste is found in the Afghan landscape, even in such places that should deserve or have already the status of a national park. It is said that a dip in the lakes of Band-e-Amir, the first Afghan national park, will cure you from diseases, however the rubbish and waste that seems to end up in the lakes would suggest otherwise.

Community based initiative in Sokhtagi

Shocked by the amount of garbage littering the lakes, pounds and rivers of the region of Sokhtagi, Nai Qala’s president shared her sad feelings with the local community during her stay in the area, in March 2018. Her words positively resonated with the population who decided to take action. End of June 2018, the school council of Sokhtagi organized a general waste collection day where more than 350 people participated. Parents, school teachers and students gathered several dozens of kilos of plastic, glass, metal and fabric from the pound of Sokhtagi and its shores.

Such a motivation among the community of Sokhtagi, in an historically isolated region, is remarkable. Among many other benefits, the building of a school make villagers mindful of their environment. “We have one of the most beautiful lakes right in front of our door, we must take care of it and, who knows, one day our village will become an area to attract many outsiders to visit”said a gentleman who was among the cleaning volunteers.

Becoming aware of the environment and the generated waste 

Nai Qala promotes sustainability values and engages the community to be mindful of their environment and take care of the nature. Nai Qala encourages the community of all villages where it builds schools and health center, and ensures environment is discussed with the beneficiaries of its programs.

At a moment when the World Bank estimates that global solid waste generation is on pace to increase by 70 percent by 2025, with developing countries facing the greatest challenges, such community based initiatives give a strong signal of hope. Not only waste collections day but also a critical thinking about the material populations use as well as good waste management practices will help keep those remote regions of central Afghanistan clean. Let’s hope waste reduction and waste collection, being thoughtful about what one’s buy and choosing a sustainable option whenever possible will become part of the local culture.

[1]Roland Geyer et al. Production, use, and fate of all plastics ever made. Science Advances, July 2017 DOI: 10.1126/sciadv.1700782

Ramassage des déchets

Le changement de comportement et la participation du public sont la clé d’une gestion fonctionnelle des déchets.

Les déchets augmentent

L’humanité a créé 8,3 milliards de tonnes de plastiques depuis que la production à grande échelle des matériaux synthétiques a commencé au début des années 1950, et la plus grande partie réside maintenant dans les décharges ou l’environnement naturel [1]. À l’échelle mondiale, quelque 3,5 milliards de personnes n’ont pas accès aux services formels de gestion des déchets et la population des régions reculées d’Afghanistan ne fait pas exception.

Les chiffres mondiaux de la pollution plastique donnent des maux de tête: 500 milliards de sacs en plastique sont utilisés chaque année, un million de bouteilles en plastique sont achetées chaque minute; la plupart des plastiques ne se biodégradent pas, de sorte que les déchets plastiques que les humains ont générés peuvent rester pendant une centaine ou plusieurs centaines d’années. De plus en plus de déchets plastiques se retrouvent dans le paysage afghan, même dans des endroits qui méritent ou ont déjà le statut de parc national. On dit qu’un plongeon dans les lacs de Band-e-Amir, le premier parc national afghan, vous guérira des maladies, mais les ordures et les déchets qui semblent se retrouver dans les lacs suggèrent le contraire.

Initiative communautaire à Sokhtagi

Choquée par la quantité d’ordures qui jonchent les lacs, les lacs et les rivières de la région de Sokhtagi, la présidente de Nai Qala a partagé ses tristes sentiments avec la communauté locale lors de son séjour dans la région, en mars 2018. Ces paroles ont sonné positivement aux oreilles de la communauté et a poussé ses membres à prendre des dispositions. Fin juin 2018, le conseil d’école de Sokhtagi a organisé une journée générale de collecte des déchets où plus de 350 personnes ont participé. Les parents, les enseignants et les élèves ont rassemblé plusieurs dizaines de kilos de plastique, de verre, de métal et de tissu provenant du marais de Sokhtagi et de ses abords.

Une telle motivation parmi la communauté de Sokhtagi, dans une région historiquement si isolée, est remarquable. Parmi de nombreux autres bénéfices, la construction d’une école rend les villageois attentifs à leur environnement. «Nous avons l’un des plus beaux lacs juste devant notre porte, nous devons en prendre soin et, qui sait, un jour notre village deviendra une zone qui attirera de nombreux étrangers à la visiter» a déclaré un homme qui faisait partie des bénévoles.

Prendre conscience de son environnement et des déchets générés

Nai Qala promeut des valeurs de durabilité et engage la communauté à être consciente de son environnement, à prendre soin de la nature. Nai Qala encourage la communauté de tous les villages où elle construit des écoles et des centres de santé, et s’assure que l’environnements soit un sujet discuté avec les bénéficiaires de ses programmes.

À un moment où la Banque Mondiale estime que la production mondiale de déchets solides devrait augmenter de 70% d’ici 2025, les pays en développement faisant face aux plus grands défis, ces initiatives communautaires donnent un signal d’espoir fort. Non seulement la collecte des déchets, mais aussi une réflexion critique sur l’utilisation des matériaux ainsi que de bonnes pratiques de gestion des déchets aideront à garder ces régions éloignées du centre de l’Afghanistan propres. Espérons ensemble que la réduction et la collecte des déchets, une réflexion sur ce que l’on achète et un choix de matériaux plus durable, dans la mesure du possible, feront bientôt partie de la culture locale.

[1]Roland Geyer et al. Production, use, and fate of all plastics ever made. Science Advances, July 2017 DOI: 10.1126/sciadv.1700782

Back-to-school season for 180 youngsters

While most children in the northern hemisphere are in the middle of their summer holidays, 180 young children aged 4 to 6 have started their first school year this July.

Preparation of equipment

Nai Qala’s president, Taiba Rahim, and the Kabul team have been  verybusy these past few weeks. Several hundred kilos of material were collected in Kabul to equip the classes.

Chairs, shelves, toy boxes, white boards but also carpets, all multiplied by 7, were sent to 7 villages in the mountainous regions of Ghazni (close to the schools of Sada, Ghow Murda and Nai Qala) .

In addition to furniture, large school supplies were also purchased and transported; these are, among others:

  • dozens of kilos of wooden blocks made for the occasion by local carpenters;
  • various toys, construction games, toy cars, dinette, balls and much more;
  • paper, cardboard, colored pencils, paint;
  • basic hygienic material such as soaps, toothbrushes and toothpaste.

Nai Qala’s team, represented by Mr. Qeyam and Mr. Ali Reza were involved  at 200% in classroom installation, not only in Kabul where they carefully organized all the logistics and where they ensured that the purchased equipment was properly packaged to withstand the surprises of transportation, sometimes on very bumpy roads, but also on the field. Mr. Qeyam spent a full month in the villages to make sure that all the material had arrived and was properly distributed, and that each class was well installed. Each village is separated by a distance of 20 minutes to 1 hour by car; to connect the first to the last village, it takes 4 hours.

Accelerated training for teachers

After a recruitment process to which 55 candidates applied, the Kabul team selected 9 young women. These are girls graduated from the first 3 schools built by Nai Qala, often single or sometimes already married, and who have a university (or other) degree. As employment opportunities in these remote areas are minimal, the creation of early childhood education classes opens up new opportunities for work.

Ms. Zewar, one of the two teachers of the early childhood education classes opened in 2017, took the responsibility to organize a 3-day workshop and give some new pedagogical bases to the new recruits. Ms. Zewar herself benefited from a one-week workshop, followed by another on the job, before teaching the little ones. For young women, the workshop was the first experience of its kind.

In addition to the 3-day workshop, Ms. Zewar will coach, on a day to day basis, the new teachers in their respective classes. She will travel to each village, accompanied by an experienced driver, to encourage, guide and support each of the teachers in their new experience.

During the training workshop, the young women discovered some teaching materials but were also able to familiarize themselves with games and various toys. This training was also an opportunity to experiment for the first time toys, which they had not access to when they were young. A moving discovery!

Involvement of the local community

The involvement of the local community is essential in the project. Each community has made available the best room in the village to create appropriate learning conditions. In some cases, if the rugs brought by Nai Qala did not cover all the floors, the villagers provided the carpet to cover the missing parts. The community is very committed to installing the equipment, participating in its unloading and unpacking.

Each village eagerly awaited the arrival of Mr. Qeyam; the whole community of men, women and children gathered together, ready to help with the transportation of equipment, stow the roadside with informative panel or arrange the classroom.

What is not visible

Setting up a project of this magnitude requires months of preparation. This represents  indeed many visits to the central and provincial ministries, and hours of negotiations with the villagers that were necessary to ensure the sustainability of the project. An agreement has been signed with the government to ensure monitoring beyond the first 3 years of the project; agreements with each local community have been concluded to ensure the availability of the premises where the courses will be delivered.

Each organization operating in the field of education must involve the Ministry of Education since it is the gate keeper of the national education plan. As a result, the government will monitor the progress of the project and make constructive suggestions. The Ministry of Education, through its provincial-level leadership, has committed to follow-up to ensure that the project works properly and is community based, and will manage the early childhood education classes in terms of human resources, after 2020.

Back to school

In total, 180 children participated in their first school year. The Nai Qala Early Childhood Education project reaches 9 classes in 9 villages: 7 new classes added to the 2 classes already initiated at the start of summer 2017.

The little ones, between 4 and 6 years old, will not only learn to read and write but also expand their imagination and develop through play and artistic activities. The early childhood education class is also an opportunity for these young children to socialize and learn some good manners and basic hygiene.

After a few days of classes, the feedback is already very positive. Parents say they have no problem waking their children early in the morning, which was not necessarily the case before the start of the school year. The inhabitants of the 9 villages are very happy and make sure that the program is going well. The teachers are super motivated and the joy is shown on the faces of the children.

To learn more about Nai Qala and early childhood education, it’s here.

Première rentrée pour 180 petits Afghans

Alors que la plupart des enfants de l’hémisphère nord sont en pleines vacances d’été, 180 jeunes enfants âgés de 4 à 6 ans ont étrenné leur première rentrée ce mois de juillet.

Préparation du matériel

La président de Nai Qala, Taiba Rahim et le team de Kaboul n’ont pas chômé ces dernières semaines. Plusieurs centaines de kilos de matériel ont été rassemblés à Kaboul pour équiper les classes.

Ce sont en effet des chaises, étagères, coffres à jouets, tableaux blancs mais aussi tapis, le tout multiplié par 7, qui ont été envoyés dans 7 villages des régions montagneuses de Ghazni (proche des écoles de Sada, Ghow Murda et Nai Qala).

En plus de l’ameublement, du matériel scolaire en grande quantité a aussi été acheté et transporté ; ce sont, entre autres,:

  • des dizaines de kilos de plots en bois fabriqués pour l’occasion par des menuisiers locaux;
  • des jouets, jeux de construction, des petites voitures, de la dînette, des ballons et biens d’autres;
  • du papier, du carton, des crayons de couleur, de la peinture;
  • du matériel hygiénique de base tels savons, brosses à dents et dentifrice.

Le team de Kaboul, représenté par MM. Qeyam et Ali Reza s’est impliqué à 200% dans l’installation des classes, non seulement depuis Kaboul où ils ont organisé soigneusement toute la logistique et où ils se sont assurés que le matériel acheté était correctement emballé pour subir les aléas du transport sur des routes parfois très cahoteuses mais aussi sur le terrain. Qeyam a passé un mois complet dans les villages pour s’assurer que tout le matériel était bien arrivé et distribué, et que chaque classe était bien installée. Chaque village est séparé par une distance de 20 minutes à 1 heure de voiture; pour relier le premier au dernier village, il faut compter 4 heures de route.

Formation accélérée pour les enseignantes

Après un processus de recrutement où plus de 55 candidates se sont présentées, le team de Kaboul a retenu 9 jeunes femmes. Celles-ci sont des filles diplômées des 3 premières écoles  construites par Nai Qala, souvent célibataires ou parfois déjà mariées, et qui sont titulaires d’un diplôme d’une haute école (université ou autre). Comme les perspectives d’emplois dans ces régions reculées sont minimes, la création de classes d’éducation de la petite enfance ouvre de nouvelles opportunités de travail.

C’est à Zewar, une des deux enseignantes des classes d’éducation de la petite enfance ouvertes en 2017, qu’est incombée la responsabilité d’organiser un atelier de 3 jours pour donner quelques bases de pédagogie aux nouvelles recrues. Zewar avait elle-même bénéficié d’un atelier d’une semaine, suivi par un autre en cours d’emploi, avant d’enseigner aux petits. Pour les jeunes femmes, l’atelier était la première expérience du genre de leur vie.

En plus de l’atelier de 3 jours, Zewar suivra au jour le jour les nouvelles enseignantes dans leurs classes respectives. Elle se rendra dans chaque village, en voiture accompagnée d’un chauffeur expérimenté, pour encourager, guider et soutenir chacune des maîtresses dans leur nouvelle expérience.

Lors de l’atelier de formation, les jeunes femmes ont découvert le matériel pédagogique mais ont pu aussi se familiariser avec les jeux et jouets divers. Cette formation a aussi été l’occasion de tester pour la première fois des jouets, auxquels elles n’avaient pas eu accès lorsqu’elles étaient petites. Une découverte émouvante !

Implication de la communauté locale

L’implication de la communauté locale est essentielle dans le projet. Chaque communauté a en effet mis à disposition la meilleure salle du village afin de créer des conditions d’apprentissage adéquates. Dans certains cas, si les tapis apportés par Nai Qala ne recouvraient pas tous les sols, les villageois ont mis à disposition de la moquette pour couvrir les parties manquantes. La communauté a pris très à cœur l’installation du matériel, participant au déchargement, déballage et aménagement.

Chaque village a attendu avec impatience l’arrivée de Qeyam; toute la communauté des hommes, des femmes, des enfants s’est rassemblée, prête à offrir son aide pour  transporter le matériel, arrimer le panneau informant du projet au bord de la route ou aménager la classe.

Ce qui ne se voit pas

La mise en place d’un projet d’une telle envergure nécessite des mois de préparation. Ce sont en effet de nombreuses visites auprès des ministères central et provincial, et des heures de négociations avec les villageois qui ont été nécessaire pour assurer la durabilité du projet. Un accord a été signé avec le gouvernement pour assurer le suivi au-delà des 3 premières années de fonctionnement; des accords avec chaque communauté locale ont été conclus pour assurer la mise à disposition des locaux où les cours seront dispensés.

Chaque organisation opérant dans le domaine de l’éducation doit impliquer le ministère de l’éducation puisque celui-ci se porte garant du plan national d’éducation. Par conséquent, le gouvernement surveillera les progrès du projet et formulera également des suggestions constructives à son propos. Le ministère de l’éducation, par le biais de sa direction au niveau provincial, s’est donc engagé à assurer le suivi pour s’assurer que le projet fonctionne en s’appuyant sur la communauté et pour gérer les classes d’éducation de la petite enfance en terme de ressources humaines, après 2020.

La rentrée scolaire

Ce sont au total 180 enfants qui ont participé à leur première rentrée scolaire. Le projet d’éducation de la petite enfance de Nai Qala, touche 9 classes de 9 villages : 7 nouvelles classes qui se sont ajoutées aux 2 classes déjà initiées lors de la rentrée de l’été 2017.

Les petits, entre 4 et 6 ans, apprendront non seulement à lire et à écrire mais aussi à imaginer et à se développer par le jeu et les activités artistiques. La classe d’éducation de la petite enfance est aussi l’occasion pour ces jeunes enfants de se sociabiliser et apprendre quelques bonnes manières et les bases l’hygiène.

Après quelques jours seulement de cours, les retours sont déjà très positifs. Les parents affirment qu’ils n’ont pas de problème à réveiller leurs enfants tôt le matin, ce qui n’était pas forcément le cas avant la rentrée. Les habitants des 9 villages sont très heureux et font en sorte que le programme se passe bien. Les enseignantes sont super motivées et la joie se lit sur les visages des enfants.

Pour en savoir plus sur Nai Qala et l’éducation de la petite enfance, c’est par ici.

Bamyan, entre espoir et ouverture

Un festival de musique comme symbole d’un changement émergent

Après toutes les horreurs qui se sont déroulées à Bamyan, la ville est en passe de devenir le centre musical de l’Afghanistan. Un signal fort démontrant le non-sens de la destruction des monuments historiques, des concerts ont lieu juste devant l’emplacement vide des bouddhas.

Pour la deuxième année consécutive Bamyan accueille le festival de dambora, une guitare traditionnelle à 2 cordes. Le festival de musique  est ouvert à tous les musiciens débutants ou confirmés, garçons, filles, vieux ou jeunes… et bien sûr aux stars. Le festival a lieu, cette année du 29 au 30 juin.Des milliers de fans acclament leurs musiciens et chanteurs préférés, et certains esquissent quelques pas de danse.  La province de Bamyan est la seule d’Afghanistan où les femmes vont au concert et peuvent exprimer  librement leur joie. Le festival est un symbole d’un changement émergent qui se manifeste même dans les moments de souffrance et de désespoir.

Le festival de dambora se passe dans une région où Nai Qala a construit 6 écoles et a également contribué à des changements positifs, en particulier l’autonomisation des femmes. Les écoles de Nai Qala se trouvent juste au delà des montagnes!

Bamyan, province of hope and openness

A music festival as a symbol of emerging change

After all the horrors that took place in Bamyian, the city is fast becoming the musical center of Afghanistan. As a strong signal demonstrating the nonsense of the destruction of historical monuments, concerts are held right in front of the empty site of the Buddhas.

For the second consecutive year, Bamyian is hosting the dambora festival, a traditional 2-string guitar. The music festival is open to all beginners or confirmed musicians, boys, girls, old or young … and of course to the stars.

The festival takes place this year from June 29 to 30. Thousands of fans cheer on their favorite musicians and singers, and some even sketch a few dance steps. Bamyian province is the only one in Afghanistan where women go to concerts and can freely express their joy. The festival is a symbol of an emerging change that manifests itself in times of suffering and despair.

The dambora festival is happening in an area where Nai Qala has built 6 schools and has also contributed to positive change, especially women’s empowerment. The schools of Nai Qala are just beyond the mountains!

Nawur health center as a confirmed base for vaccination

Nawur health center is used as a platform for vaccination campaigns in the region

Afghanistan is one of the last three countries in the world where poliomyelitis is still endemic [1]. 14 polio cases were reported in 2017, and by the end of April 2018 there were 7 new cases reported in the country [2]. Polio mainly affects children under 5 years of age and one in 200 infections leads to irreversible paralysis.

Polio is one of only a limited number of diseases that can be eradicated and it can be eradicated because it affects only humans, because a cheap, safe and easy oral vaccine exists and immunity lasts a lifetime.

In March, the Afghanistan polio eradication initiative conducted its first national immunization campaign for eradication of the disease in 2018. In just a week, around 70,000 workers knocked on doors and stopped families in health centers, city streets and border crossings to vaccinate almost ten million children [3]. Monitoring data reflected more than 94% coverage in each vaccination campaign during 2017. The number of children missed due to inaccessibility went down since 2017 but an estimated 138 000 children were still missing in the national vaccination campaign of March 2018.

Without a clinic, a region like Nawur would have remained unknown to the health authorities; at its opening, the ministry of public health informed organizations such as UNICEF which registered the clinic as a vaccination center. The ministry and its partners have long been trying to reach isolated areas with vaccination campaigns and the health clinic gives them a base for this in the region. Before the establishment of Sar Assya clinic in the district of Nawur in 2011 [4], various illnesses remained untreated, the mortality rate among mothers and children was high, and children did not receive the requisite vaccinations. The Nawur clinic’s services have brought about significant improvements in the health situation of the population.

Since it registration in the national health care system, the Nawur clinic’s staff vaccinated thousands of children not only for polio, but other infectious diseases such as tuberculosis, diphtheria, tetanus, pertussis, etc. In 2017, 1,022 children and several hundreds of women were vaccinated in Nawur. During the March 2018 vaccination campaign, 142 young children received the polio vaccine.

Through its implementation in a remote region of central Afghanistan Nawur health center contributes to the reduction of mortality and serves as a base for vaccination and other prevention campaigns.

[1] http://moph.gov.af/en/page/polio-eradication/polio-situation-updates

[2] Note: No cases have been reported since 2016 in the central region of Afghanistan where Nai Qala operates.

[3] http://www.emro.who.int/afg/photo-essays/ten-million-children-70000-workers-five-days.html; http://www.emro.who.int/afg/programmes/polio-eradication-initiative.html

2011 – Sar Assya

Le dispensaire de Nawur comme base confirmée pour la vaccination

Le centre de santé de Nawur est utilisé comme plate-forme pour les campagnes de vaccination dans la région.

L’Afghanistan est l’un des trois derniers pays au monde où la poliomyélite est encore endémique [1]. 14 cas de polio ont été signalés en 2017 et, à la fin d’avril 2018, 7 nouveaux cas ont été detectés dans le pays [2]. La polio affecte principalement les enfants de moins de 5 ans et une infection sur 200 entraîne une paralysie irréversible.

La poliomyélite est l’une des rares maladies qui peuvent être éradiquées et elle peut être éradiquée parce qu’elle n’affecte que les humains, car il existe un vaccin oral bon marché, sûr et simple, et  parce que l’immunité dure toute la vie.

En mars, l’initiative afghane d’éradication de la poliomyélite a mené sa première campagne nationale d’immunisation de 2018, pour éradiquer la maladie . En seulement une semaine, environ 70’000 travailleurs ont frappé aux portes et arrêtés des familles dans les centres de santé, dans les rues et aux postes frontières pour vacciner près de dix millions d’enfants [3]. Les données de suivi ont reflété plus de 94% de couverture dans chaque campagne de vaccination en 2017. Le nombre d’enfants non atteints en raison de l’inaccessibilité géographique a baissé depuis 2017 mais on estime que 138 000 enfants manquaient toujours dans la campagne nationale de mars 2018.

Sans une clinique, une région comme Nawur serait restée inconnue des autorités sanitaires. À son ouverture, le ministère de la santé publique a informé des organisations telles l’UNICEF, qui ont enregistré la clinique en tant que centre de vaccination. Le ministère et ses partenaires tentent depuis longtemps d’atteindre des zones isolées avec des campagnes de vaccination et la clinique de santé leur fournit une base fiable dans la région. Avant la mise en place, en 2011,  de la clinique de Sar Assya dans le district de Nawur [4], diverses maladies restaient non traitées, le taux de mortalité des mères et des enfants était élevé et les enfants ne recevaient pas les vaccinations requises. Les services de la clinique de Nawur ont apporté des améliorations significatives dans la situation sanitaire de la population.

Depuis l’inscription du dispensaire dans le système national de soins de santé, le personnel de Nawur a vacciné des milliers d’enfants non seulement contre la polio, mais aussi contre d’autres maladies infectieuses comme la tuberculose, la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, etc. En 2017, 1 022 enfants et plusieurs centaines de femmes ont été vaccinés à Nawur. Au cours de la seule campagne de vaccination de mars 2018, 142 jeunes enfants ont reçu le vaccin antipoliomyélitique.

Grâce à sa mise en œuvre dans une région reculée du centre de l’Afghanistan, le centre de santé de Nawur contribue à la réduction de la mortalité et sert de base à la vaccination et à d’autres campagnes de prévention.

[1] http://moph.gov.af/en/page/polio-eradication/polio-situation-updates

[2] Note: depuis 2016, aucun cas n’a été signalé dans la région centrale de l’Afghanistan où Nai Qala opère.

[3] http://www.emro.who.int/afg/photo-essays/ten-million-children-70000-workers-five-days.html; http://www.emro.who.int/afg/programmes/polio-eradication-initiative.html

2011 – Sar Assya

Girls’ education, a change of mindset

Promoting girls’ education and cultural changes through a capacity building program

Improving the quality of education provided in the schools Nai Qala has built. 

Overall, the quality of education in Afghanistan in particular in the rural areas is very low. To remedy this, the Nai Qala Association is not only providing school buildings in those isolated regions but also several tutoring classes in sciences, and preparation courses to the national test for university entrance. Without such classes, many girls would not have taken the exam, as parents do not have the means and motivation to send them to towns to get private lessons.

The role of Nai Qala’s teacher training in capacity building is much more than transferring scientific knowledge.
Inspired by her experience with western school systems that promote regular communication between teachers and parents, Nai Qala’s president motivated the teacher-trainers to establish such a culture. Trainers meet parents to encourage them to be supportive at home with their children. In remote rural regions, many parents are illiterate and cannot help children with their homework but can support them by giving them space and believing in them.

The trainers are very aware of the importance of the role of parents in children’s education and have realized that such support was missing in their time at school. Nai Qala’s teacher-trainers even go to visit parents of those students who do not participate during class; they walk for a few hours to find an almost isolated house, in the mountains, with a tiny piece of land and a few heads of cattle. When parents first see the teachers they are a bit afraid, wondering what they want from them and why they are coming to their house. However when the teachers introduce themselves and explain that it is part of their role to meet the parents, not only because their child comes to the capacity building class but also to congratulate the parents for sending them to the course, many parents cannot believe what they hear and get emotional. Amazingly, the teachers very often see a different attitude in their student in the next days. This girl or boy comes earlier to school and interacts more, now being aware that their teachers give them importance.

Teachers take initiatives to triggers girls involvement at school.
Teachers discuss among themselves the participation and involvement of students in the class. They, for example, decided to split into different classes two sisters who were too passive during the courses and encouraged the other girls in the classes to support the sisters. The girls cried and suffered a lot from the separation for a few days but then became the most talented students in the school after a few months.

A change in the mindset of teachers on girls’ education.
Nai Qala’s teacher-trainers themselves come from remote rural regions of central Afghanistan, originating from poor and traditional communities. “When I was in school, I studied in a mixed class, with girls. I always had one point in my mind: why should girls come to school? They are not made for school, what for?” remembered Jawad, a 26 year old, Nai Qala teacher-trainer. The job description of the teacher-trainers puts a special emphasis on girls’ education. Teachers have not only received training on human and women’s right but have also been coached by Nai Qala staff on how to encourage girls and their parents. Jawad recounted how once he saw a girl answering a very complex math problem in front of the class, his perception about girls was changed forever: “She started to write and competently solved the problem. In that minute, I went deep in thought and questioned myself: why was I so negative about girls? Is it the society that influenced me? Many questions came to my mind and on that night I could not sleep well… After that day, I became so determined that I must help girls. This is now my third year that I teach girls and help them in scientific subjects, together with my colleagues. Up to now, I have been helping about 1000 girls between the ages of 12 to 18. I never imagined I’d be able to do my job with such motivation. It is never too late to realize that girls have the same talents and deserve the same rights as boys. I am grateful to Nai Qala for helping me to realize this important point”.

With Nai Qala’s support, hundreds of girls are on their way to university. In one of the least developed rural regions of Afghanistan, this represents an extraordinary change and brings hope. The capacity building program is a tremendous platform that allows gradual cultural changes to be brought to the remote regions and promote girls’ education.

Education des filles, un changement d’état d’esprit

Promouvoir l’éducation des filles et les changements culturels grâce à un programme de renforcement des capacités

Améliorer la qualité de l’éducation dans les écoles que Nai Qala a construit.
Dans l’ensemble, la qualité de l’éducation en Afghanistan, en particulier dans les zones rurales, est très basse. Pour remédier à cela, l’Association Nai Qala non seulement construit des bâtiments scolaires dans ces régions isolées, mais propose aussi plusieurs classes de tutorat en sciences, et des cours de préparation au test national d’entrée à l’université. Sans ces cours, beaucoup de filles n’auraient pas pu se présenter à l’examen, les parents n’ayant pas les moyens et la motivation de les envoyer en ville pour suivre des cours particuliers.

Le rôle des enseignants de Nai Qala dans le renforcement des capacités représente beaucoup plus que le transfert de connaissances scientifiques.
Inspirée par son expérience avec les systèmes scolaires occidentaux qui favorisent une communication régulière entre les enseignants et les parents, la présidente de Nai Qala a motivé les enseignants-formateurs à établir une telle culture de dialogue. Les formateurs rencontrent les parents, souvent à la maison, pour les encourager à apporter leur soutien aux enfants. Dans les régions rurales reculées, de nombreux parents sont analphabètes et ne peuvent pas aider les enfants à faire leurs devoirs, mais ils peuvent par contre les aider en leur donnant de l’espace et en leur faisant confiance.

Les formateurs sont très conscients de l’importance du rôle des parents dans l’éducation des enfants et se sont rendu compte que ce soutien manquait à l’école. Les enseignants-formateurs de Nai Qala vont même rendre visite aux parents des élèves qui ne participent pas pendant les cours; ils marchent parfois pendant quelques heures pour trouver une maison presque isolée, dans les montagnes, avec un petit bout de terrain et quelques têtes de bétail. Quand les parents voient le professeur, ils ont d’abord un peu peur, se demandant ce qu’il attend d’eux et pourquoi il vient chez eux. Cependant, lorsque les enseignants se présentent et expliquent que cela fait partie de leur rôle de rencontrer les parents, non seulement parce que leur enfant vient en classe de renforcement des capacités, mais aussi pour féliciter les parents de les envoyer au cours. Beaucoup de parents ne peuvent croire ce qu’ils entendent et deviennent émotifs. Étonnamment, les enseignants voient très souvent une attitude différente chez leurs élèves dans les jours qui suivent la visite. Cette fille ou ce garçon vient plus tôt à l’école et interagit plus, étant maintenant conscient que ses professeurs lui donnent de l’importance.

Les enseignants prennent des initiatives pour stimuler la participation des filles en classe.
Les enseignants discutent entre eux de la participation et de l’implication des élèves dans la classe. Ils ont, par exemple, décidé de répartir dans des classes séparées deux sœurs qui étaient trop passives pendant les cours et ont encouragé leurs camarades à soutenir les sœurs. Les filles ont pleuré et ont beaucoup souffert de la séparation pendant quelques jours, mais sont ensuite devenues par la suite les élèves les plus brillantes de l’école.

Un changement d’état d’esprit des enseignants sur l’éducation des filles.
Les enseignants-formateurs de Nai Qala viennent eux-mêmes de régions rurales reculées du centre de l’Afghanistan, et sont originaires de communautés pauvres et traditionnelles. “Quand j’étais à l’école, j’ai étudié dans une classe mixte, avec des filles. J’ai toujours gardé une idée en tête: pourquoi les filles devraient-elles venir à l’école? Elles ne sont pas faites pour l’école, à quoi cela leur sert-il? ” se souvient Jawad, un enseignant-formateur de Nai Qala âgé de 26 ans. La description des tâches des enseignants-formateurs met un accent particulier sur l’éducation des filles. Les enseignants ont non seulement reçu une formation sur les droits de l’homme et des femmes, mais ils ont également été formés par le personnel de Nai Qala sur la façon d’encourager les filles et leurs parents. Jawad a raconté qu’une fois qu’il a vu une fille répondre à un problème mathématique très complexe devant la classe, sa perception des filles a été changée pour toujours: “Elle a commencé à écrire et à résoudre le problème avec compétence. Dans cette minute, je suis allé au fond de ma pensée et me suis interrogé: pourquoi étais-je si négatif au sujet des filles? Est-ce la société qui m’a influencé? Beaucoup de questions me sont venues à l’esprit et cette nuit-là, je n’ai pas bien dormi … Après cette journée, je suis devenu très déterminé d’aider les filles. C’est maintenant la troisième année que j’enseigne aux filles et les aide pour les matières scientifiques, avec mes collègues. Jusqu’à présent, j’ai aidé environ 1000 filles âgées de 12 à 18 ans. Je n’aurais jamais imaginé que je serais capable de faire mon travail avec une telle motivation. Il n’est jamais trop tard pour se rendre compte que les filles ont les mêmes talents et méritent les mêmes droits que les garçons. Je suis reconnaissant à Nai Qala de m’avoir aidé à réaliser ce point important “.

Avec le soutien de Nai Qala, des centaines de filles sont en route pour l’université. Dans l’une des régions rurales les moins développées de l’Afghanistan, cela représente un changement extraordinaire et apporte de l’espoir. Le programme de renforcement des capacités est une formidable plateforme qui permet d’apporter des changements culturels graduels dans les régions reculées et de promouvoir l’éducation des filles.